SENEGAL | LIBERATION DE KARIM WADE: LE GOUVERNEMENT S’EXPLIQUE…

vlcsnap-error611

Quelques heures après la libération de Karim Wade, le gouvernement sénégalais, par la voix de son ministre de la justice, assure ce vendredi le service après-vente d’une mesure de grâce dont l’annonce avait suscité la controverse dans le pays.

Les interrogations pleuvent, depuis que suite à libération de Karim Wade, qui purgeait sa peine à Rebeuss, ce dernier s’est empressé de quitter Dakar pour le Qatar à bord d’un jet privé. D’abord qu’est-ce qui justifie cette libération de l’ex-« ministre du Ciel et de la Terre » alors même que la justice l’avait condamné en mars 2015 à six ans de prison ferme et à plus de 210 millions d’euros d’amende pour « enrichissement illicite » ?

vlcsnap-error494

Sidiki Kaba, ministre sénégalais de la Justice

« Macky Sall a pour des raisons humanitaires décidé d’accorder la grâce à Messieurs Karim Wade, Ibrahima Aboukhalil dit Bibo Bourgi et Alioune Samba Diassé qu’ils font tous l’objet d’une condamnation définitive et exécutoire. »

Précision de taille néanmoins, si Karim Wade et co-accusés seront « dispensés de subir la peine d’emprisonnement restant à courir (…) Les sanctions financières contenues » dans le verdict prononcé en mars 2015 « et la procédure de recouvrement déjà engagée demeurent », assure Sididi Kaba.

vlcsnap-error507

Sidiki Kaba, ministre sénégalais de la Justice

« Il faudrait préciser que la remise partielle de la peine d’emprisonnement qui leur est accordée n’efface pas la condamnation qui figure toujours dans leur casier judiciaire. Il en est de même en l’espèce des peines d’amendes, des intérêts civils et des biens confisqués et qui concernent les préjudicies subis par l’Etat. »

La remise en liberté du candidat du PDS à la prochaine présidentielle de 2019 avait été annoncé depuis début juin, par le président Macky Sall, en visite en France, au titre du pouvoir constitutionnel de grâce. Une décision dénoncée par la société civile sénégalaise, en pointe de laquelle le mouvement citoyen « Y en a marre », qui avait dénoncé par anticipation jeudi, lors d’une conférence de presse une « justice inéquitable » au Sénégal et un très « mauvais message politique » envoyé aux personnes tentées par le détournement de deniers publics et la corruption.

Avec l’AFP

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s