RDC | REORGANISATION DE L’OPPOSITION A LUBUMBASHI APRES « L’EXIL MEDICAL » DE MOÏSE KATUMBI

Depuis l’évacuation par avion médicalisé vers l’Afrique du sud de l’opposant Moïse Katumbi, ses partisans redoutent que le gouvernement n’est délivré qu’un billet aller sans retour pour le candidat déclaré à la présidentielle congolaise de la fin d’année.

Dans son fief à Lubumbashi, la répression de l’opposition ne laisse pas de place au doute. Les éléments les plus révélateurs sont la fermeture de quatre médias proche de l’oppositon et du siège du parti UNAFEC (Union nationale des fédéralistes du Congo), membre du G7, scellé et gardé par la police.  Dans un tel contexte, certains des supporters de Moïse Katumbi dubitatif sur son retour prochain se remettent à Dieu.

Sangwa Masinki, Habitant de Lubumbashi :

« Si Moise ne revient pas au pays, c’est grave pour nous. Nous prions le Dieu tout puissant pour qu’il accorde la grâce à notre candidat Moise Katumbi Chapwe pour qu’il rentre bien vite au pays. »

Shambuyi Tshivuadi Mukwa Lukusa, Président fédéral du congrès des démocrates pour le progrès social :

« Ce départ n’est pas bon. Ca ressemble à une porte ouverte sur un exil forcé. Apparemment c’est un piège que ces gens ont tendu à Moïse. »

 

Et pour éviter le piège, l’opposition essaie d’occuper le terrain politique et de maintenir allumé le flambeau de la contestation pendant les deux ou trois semaines d’absence de Moïse Katumbi.

Shambuyi Tshivuadi Mukwa Lukusa, Président fédéral du congrès des démocrates pour le progrès social :

« La vox populi va s’exprimer. Mais le peuple est là, le peuple c’est plus que Kabila, le peuple est au-dessus de Kabila. C’est le peuple qui a donné le pouvoir à Kabila. Il est à même de le lui arracher aujourd’hui malgré les chars et tout ce qu’on voit ici. Le peuple est là et le dernier mot reviendra toujours au peuple. »

De son côté, le maire de Lubumbashi, qui a quasiment refusé d’autoriser toutes les manifestations de l’opposition depuis le début de l’année attend que l’opposition apporte la garanti du respect du périmètre légale et que le caractère pacifique soit respecté.

Jean Oscar Sanguza Mutunda, Maire de la ville de Lubumbashi (homme, Francais, 9 sec):

« Donc à Lubumbashi, nous voulons la paix. Vous voulez faire votre marche: dans la paix. Vous voulez faire ceci: dans la paix. C’est dans la constitution. »

Vendredi en fin de journée, les autorités judiciaires congolaises avaient autorisé Moïse Katumbi à sortir du pays afin de lui permettre de suivre des soins « dans des institutions médicales appropriées » en Afrique du Sud. Il est sur le coup d’une poursuite ouverte le 4 mai, par le gouvernement congolais pour recrutement de mercenaires, après l’arrestation le 24 avril de quatre de ses gardes du corps, dont un Américain.

avec l’AFP

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s