RDC | ENTRE PRISON ET EXIL, LE DUR CHOIX DE MOÏSE KATUMBI

 

L’accélération judiciaire autour du dossier Moïse Katumbi ajoute un peu d’huile sur le feu déjà brûlant d’une situation politique congolaise enlisée dans l’incertitude liée au très probable report de la présidentielle alors même qu’un arrêt de la Cour constitutionnelle a autorisé Joseph Kabila à se maintenir à la tête de l’État au-delà de la fin de son mandat, c’est-à-dire le 19 décembre si l’élection n’est pas organisée d’ici là.

Dans les rues de Kinshasa, les avis sont partagés sur l’inculpation de Moïse Katumbi du chef d’atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l’État […] et son placement sous mandat d’arrêt provisoire ».

Avelin Mboma, habitant de Kinshasa

« Juste au moment où le président Katumbi venait de se déclarer candidat aux élections présidentielles, et voilà que c’est à ce moment-là qu’il est un peu malmené, je me pose des questions. Est-ce que ce n’est pas une main noire qui est derrière ? C’est juste une question que je me pose. Je pense à mon avis, à mon humble avis qu’il y a une main noire. Donc, le président Katumbi ne mérite pas tout ce qu’il est en train de subir, il ne mérite pas ça. »

 

Dieu Merci Mutombo, habitant de Kinshasa

« Moise n’est pas vraiment un opposant, Moise c’est un ami de Monsieur Kabila. Ce sont leurs manigances, ils sont en train de manipuler le peuple congolais, de nous distraire. Ce n’est pas vraiment un arrêt ! »

Pour cet analyste politique, un éventuel jugement de Moïse Katumbi représenterait une atteinte à la démocratie alors même que l’opposant a été admis il y a quelque jours dans une clinique de Lubumbashi et que du côté du pouvoir, on estime qu’il joue au malade imaginaire pour échapper à la justice.

 

Adolphe Voto, Analyste politique

« On dit qu’il doit être poursuivi mais on dit qu’il peut aller se faire soigner où il veut, on veut le pousser à l’exil, on veut salir son dossier et qu’il ne soit plus candidat ! Mais s’il n’y a plus de candidat, il n’y aura pas d’élections dans ce pays car à chaque fois que quelqu’un a des ambitions, il a des problèmes avec la police, il a des problèmes avec le pouvoir, il a des problèmes avec la justice. C’est quelle démocratie ? »

Au vu des chefs d’accusation retenus contre lui, M. Katumbi encourt la peine de mort (systématiquement commuée en prison à vie en vertu d’un moratoire sur l’application de la peine capitale en RDC.

Un expert américain du système judiciaire congolais estime que quatre issues s’offrent au président-propriétaire du célèbre club de football TP Mazembe : (1) une assignation à résidence, (2) des soins médicaux à l’étranger sans possibilité de retour, (3) la prison, ou (4) l’affrontement ».

Avec L’AFP

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s