VENEZUELA | UN PAYS AU BORD DE L’IMPLOSION

vlcsnap-error167

Confronté à une grave crise politique et économique interne, le président vénézuélien Nicolas Maduro fait feu de tout bois pour tenter de retourner la situation en sa faveur. Ces derniers jours, le successeur d’Hugo Chavez et ses proches ont multiplié les déclarations incendiaires à l’encontre des Etats-Unis notamment accusés d’espionnage.

vlcsnap-error388

Nicolas Maduro, Président du Venezuela :

« Notre force aérienne, notre aviation militaire bolivarienne, a détecté l’intrusion illégale à des fins d’espionnage, du Boeing 700 E-3 Sentry, doté de tous les mécanismes pour exercer une surveillance électronique. »

 

Lundi soir dejà, le président Maduro, sous le coup d’un référendum de révocation a proclamé « l’état d’exception ». Le décret publié dans la soirée a étendu à 60 jours les prérogatives du gouvernement en matière de sécurité et de distribution alimentaire et électrique.

vlcsnap-error729

Nicolas Maduro, président du Venezuela:

« L’assemblée nationale du Vénézuela a perdu sa légitimité politique, ce n’est qu’une question de temps avant sa disparition. Elle est déconnectée des intérêts nationaux et je suis certain qu’elle va rejeter le décret parce qu’elle veut mettre fin à la vie économique du pays pour mettre le tapis rouge dans le palace de Miraflores. »

 

Des mesures vivement contestées par l’opposition qui appelle l’armée et la population à la désobéissance, accusant le camp présidentiel de tentative de « fraude » pour invalider le projet de référendum qui l’évincerait.

 

Henrique Capriles Radonski, leader de l’opposition:

« Maduro se met au-dessus de la constitution. Maduro n’est pas au-dessus de la constitution. Il devrait préparer les chars de guerre et les avions. Comme je le dis aussi à l’armée, le moment de vérité est arrivé et il faut décider si vous êtes avec la constitution ou avec Maduro. C’est une décision dont l’armée sera responsable. »

Le bras de fer entre Nicolas Maduro et Henrique Capriles, candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2013 se poursuit ce mercredi au Parlement dominé par l’opposition où le décret présidentiel sur l’état d’exception a de forte chance d’être rejeté.

Exposant dangereusement le pays à un risque « d’explosion » alors même que sept Vénézuéliens sur dix réprouvent la gestion de leur président, selon un sondage de l’institut Venebarometro.

Avec l’AFP

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s