FRANCE | ROCH CHRISTIAN KABORE DEMANDE PLUS D’AIDE MILITAIRE A PARIS

vlcsnap-error516

Priorité aux démocrates. Ce mardi 5 avril, l’Elysée a déroulé le tapis rouge au successeur de Blaise Compaoré, emporté par une contestation populaire en octobre 2014, Roch Marc Christian Kaboré qui vient de célébrer ses cent premiers jours au Palais de Kossiam. Le premier civil démocratiquement élu à tête du Burkina Faso effectue sa première visite en France dans un contexte de lutte antiterroriste. Sonné par l’attentat du 15 janvier qui a fait 30 morts à Ouagadougou, le Burkina Faso cherche du soutien auprès de la France, plus que jamais en première ligne dans la zone sahélo-saharienne contre les mouvements djihadistes.

vlcsnap-error948

François Hollande, président de la République :

« Nous devons prendre conscience que le terrorisme peut frapper dans tous les pays et particulièrement dans ceux qui ont déjà connu, par l’implantation de groupes terroristes dans des pays voisins, et je pense au Nord Mali, et ces pays sont donc exposés malgré l’action que nous avons menée et ce qui s’est hélas produit à Bamako s’est reproduit à Ouagadougou, puis ensuite à Abidjan. Donc nous devons mener, avec ce qu’on appelle les pays du G5 Sahel, une coopération exemplaire en matière de sécurité, d’échange d’informations, de coordination du renseignement, et notre force Barkhane est à la disposition justement des pays qui nous en font la demande dans l’action de prévention mais aussi d’intervention si c’est nécessaire. »

Un message reçu cinq sur cinq par l’hôte de François Hollande, dont le pays est l’un des membres les plus actifs du G5 Sahel qui rassemble le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Cinq pays confrontés à une série d’attaques et d’attentats de diverses factions islamistes affiliées à Al-Qaïda ou au groupe Etat islamique (EI) et pour lesquels Roch Marc Christian Kabore réclame plus d’assistance militaire de Paris en termes de formation et d’équipements.

vlcsnap-error811

Roch Marc Christian Kaboré, président du Burkina Faso :

« Au plan régional nous avons décidé de mutualiser nos moyens aussi bien militaires que les moyens de renseignement afin de ne pas permettre aux terroristes de pouvoir se déployer comme ils le veulent. Nous avons demandé à la France de pouvoir continuer à travers la formation, à travers également les possibilités de nous appuyer sur les équipements pour nos forces spéciales, de pouvoir continuer à mener cette action qui est une action maintenant internationale contre le terrorisme. »

La France a déjà mobilisé 3.500 hommes dans les pays du G5 Sahel dans le cadre du dispositif Barkhane. Après l’attaque de la plage de Grand Bassam Paris a annoncé le déploiement d’une équipe supplémentaire de « super gendarmes » français du GIGN au Burkina Faso. Un projet qui ne soulève pas l’enthousiasme des Burkinabè qui redoutent que la présence de militaires français qui n’attire les jihadistes au Burkina Faso.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s