BRESIL | DILMA ROUSSEFF TENTE DE REPRENDRE LA MAIN

vlcsnap-error442

C’est une Dilma Rousseff acculée par la procédure d’impeachment et lâchée par ses partenaires du grand parti centriste PMDB qui tente de reprendre la main. Derrière ses sourires forcés et son air combattif, Dilma Rousseff, plus que jamais fragilisée par le divorce de son principal allié, n’a jamais été aussi proche de ne pas finir son second mandat.

Initiée l’automne dernier et lancée par les députés mi-mars, la procédure de destitution se base sur de présumées maquillages de comptes publics, destinées à dissimuler l’ampleur des déficits publics en 2014. Elle se serait ainsi rendue coupable d’un “crime de responsabilité” administrative, prévu par la Constitution. Ce que dément l’intéressée qui accuse en retour l’opposition de déstabiliser l’économie brésilienne au plus mal.

vlcsnap-error846

Dilma Rousseff, présidente du Brésil :

« Qu’est-ce qu’une destitution sans crime de responsabilité? C’est un coup d’Etat. Ceux qui veulent interrompre un mandat légitime par des moyens illégaux seront tenus responsables de délayer la croissance de notre économie, et la création d’emplois. »

Cette grille de lecture est partagée et relayée par les partisans de la présidente qui accusent l’opposition d’ourdir un coup d’Etat contre les pauvres.

vlcsnap-error877

Elvio Motta, leader des travailleurs ruraux :

« Nous sommes convaincus que ce coup d’Etat n’est pas contre votre gouvernement, il est contre les pauvres du Brésil. »

vlcsnap-error932

Guilherme Boulos, coordinateur du Mouvement des travailleurs sans abri :

« Nous, les mouvements sociaux, sommes et serons dans les rues pour résister à ce coup d’Etat, nous ne les laisserons pas gagner. »

 

L’avenir de la présidente brésilienne se joue néanmoins plus au Parlement que dans la rue. Dilma Rousseff mène ces derniers jours des tractations pour stopper la procédure de destitution. Elle devra convaincre 172 députés sur 513 de voter contre mi-avril. Ce qui n’est pas encore gagné car le Parti des Travailleurs de Dilma Rousseff a déjà perdu le soutien de 40 députés de deux autres partis (PRB et PTB). Les 49 députés d’un autre allié, le PP, pourraient suivre bientôt (mercredi prochain). Le PT de Rousseff n’a, à lui seul, que 68 députés.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s