NIGER | BATAILLE DE CHIFFRES, LUTTES DE LEGITIMITE

 

vlcsnap-error413.png

C’est le dernier chic à Niamey ! Contester juste pour le plaisir de contester. Après avoir appelé avec un relatif succès au boycott du second tour, l’opposition mène une nouvelle offensive contre le pouvoir. Alors qu’on s’achemine vers une réélection de Mahamadou Issoufou suite à ce forfait sur tapis vert décidé par l’opposition elle-même. De la prison à l’hosto, Hama Amadou principal adversaire ayant été évacué sur Paris à quelques heures du scrutin, il n’y vait plus de place pour le suspense.

Suite à cette défaite difficile à consommer, l’opposition livre une bataille de chiffres au tour du taux de participation, au lendemain du deuxième tour de la présidentielle au Niger. Estimant que la campagne était déséquilibrée, et que son candidat Hama Amadou étant resté derrière les barreaux malgré sa qualification au second tour, malgré les appels et les procédures visant sa libération,  la Coalition de l’opposition pour l’alternance (COPA 2016) avait appelé ses partisans au boycott. Un appel largement suivi à Niamey, la capitale nigérienne et fief de l’opposition.

Pour l’opposition cette démobilisation électorale dans ce reservoir électoral suffit à démonter l’élection inexorable du président sortant est entacheé d’une illégitimité.

vlcsnap-error303

Ousseïni Salatou, Porte-parole de l’opposition :

« Au dela de Niamey, les citoyens ont répondu positivement à notre appel, c’est dire que le président Issoufou doit savoir que maintenant les choses sont claires, la légitimité appartient au peuple, or ce peuple a suivi la COPA.

Si au premier tour du scrutin, le taux de participation était évalué à 66.8%, l’opposition revendique un éffondrement des suffrages exprimés à moins de 10% pour le second.

Ousseïni Salatou, porte-parole de l’opposition:

« Le peuple nigérien a décidé de manière claire et nette qu’il n’est d’accord avec le président Issoufou, c’est pourquoi il s’est abstenu d’aller voter hier, aujourd’hui c’est clair et net le taux de pourcentage (de participation) ne dépasse pas 10%, c’est clair et net ».

L’effondrement relative de la particpation entre les deux tours peut s’expliquer par deux phénomènes complémentaires: la démobilisation des partisans de l’opposition en réponse au mot d’ordre de boycott et/ou celle des partisans du pouvoir faute de suspense.

Pour le PNDS, le parti au pouvoir, l’opposition ne devrait pas trop vite jeter l’opprobre au pouvoir. Elle devrait relativiser la démobilisation à Niamey et la proportionner vis-à-vis de tout le corps électoral.

vlcsnap-error856

Mahamadou Chinkafa, responsable du PNDS, le parti du président Mahamadou Issoufou:

« Ils confondent le Niger à Niamey, or ce qu’ils doivent savoir, Niamey ne fait que 300.000 électeurs, l’électorat se trouve au niveau du monde rural, il faut aller le chercher, donc le taux de participation à Niamey ça ne nous gêne pas, il doit être au tour de 25 à à 30% ».

Légalement, la Commission électorale nationale indépendante (Céni), dispose de cinq jours à compter de ce lundi, pour proclamer le vainqueur.

Le président Issoufou qui brigue un deuxième quinquennat à la tête de ce pays ouest-africain de 18 millions d’habitants parmi les plus pauvres du monde est assuré de l’emporter.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s