SUD SOUDAN | UN PARADIS DES VIOLATIONS DE DROITS DE L’HOMME

Ce drame à lui tout seul illustre tragiquement, et avec l’acuité maximale, la dégradation de la situation des droits de l’homme dans cet Etat de non-droit. En octobre dernier, les corps de 60 hommes et enfants sont retrouvés morts asphyxiés dans un conteneur de marchandises placé en plein soleil dans l’enceinte d’une église catholique à Leer, une ville Située au nord du pays. Un drame qualifié de crime de guerre dans un récent rapport publié par Amnesty international,.

Michelle Kagari, directrice régionale adjointe d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Est :

« Les incidents qui ont été documentés par nos enquêteurs s’apparentent à un crime de guerre. Ces hommes morts asphyxiés: cela revient à l’homicide intentionnel de civils, après qu’ils soient morts, les soldats ont retiré les corps du conteneur, les ont transporté dans un camion vers un endroit à environ un kilomètre et les ont abandonné dans un terrain vague où ils ont ensuite été consommés par des animaux et autres carnivores. »

Le pays se retrouve épinglé dans un autre rapport sur les droits de l’homme publié par l’ONU, classant la situation sur place parmi les plus horribles au monde et pointant le doigt accusateur sur  le gouvernement comme principal commanditaire de ces atrocités.

 

David Marshall, coordinateur de la mission des Nations Unies pour les droits de l’Homme au Soudan du Sud :

« La machine de violence est pilotée par l’Etat. A la fois le bras armé de l’Etat et le leadership civil font partie intégrante du problème. Ils orchestrent la violence contre leurs propres civils. Il est clair que pour eux, soit vous êtes un loyaliste soit vous ne l’êtes pas, et si vous ne l’êtes pas, vous risquez d’être harcelé, détenu, violé, enlevé ou tué. »

La situation des droits de l’homme au Sud Soudan tarde à s’améliorer malgré les substantiels efforts consentis depuis 2005 par l’ONU afin de réformer le système judiciaire, la police, et les prisons. Selon le rapport onusien, le viol serait systématiquement pratiqué comme moyen de payement en nature de la solde des miliciens proches du président Salva Kiir.

Sur le terrain politique, la réinstallation en février dernier de Reik Machar au poste de vice-président par le président salva Kiir dans le cadre de l’accord de paix signé en août 2015, n’a pas permis de débloquer l’impasse politico-militaire qui plonge ce jeune pays, indépendant il y a à peine cinq ans, dans un chaos sans nom.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s