BURUNDI | MANIFESTATIONS ANTI-RWANDAISES

 

Le Rwanda est devenu l’ennemi public numéro un au Burundi depuis les accusations onusiennes et américaines, de la semaine dernière, pointant la complicité du régime de Paul Kagamé dans l’entrainement des réfugiés afin de renverser le président burundais Pierre Nkurunziza.

Le pouvoir de Bujumbura qui n’a eu de cesse d’accuser Kigali de jouer un jeu trouble a organisé ce samedi plusieurs manifestations dans les 119 communes du pays pour dénoncer ce qu’il désigne comme « les actes d’agression » du Rwanda et de son président Paul Kagamé contre le Burundi.

Dans la capitale, en tête du cortège de 4.000 manifestants, selon des journalistes présents sur place, et plus de 10.000, selon un des organisateurs, c’est le maire de la ville qui porte la charge contre le voisin rwandais.

Freddy Mbonimpa, maire de Bujumbura :

« Les Burundais, nous tous, protestons contre tous ceux qui veulent forcer le gouvernement du Burundi à s’asseoir à la même table que les gens qui ont tenté de renverser le pouvoir par la force. Ça n’existe nulle part ailleurs dans le monde, au contraire, il faut qu’on les amène au Burundi pour qu’ils puissent être jugés. »

 

L’accentuation de la pression sur le Rwanda n’arrange pas les intérêts des réfugiés burundais.  Vendredi, Kigali, par la voix de sa ministre des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo, a menacé d’envoyer les dizaines de milliers de réfugiés burundais présents sur son sol vers d’autres pays d’accueil, laissant planer le spectre d’une régionalisation du conflit…

 

Martina Pomeroy, responsable relations extérieures, représentation du Haut commissariat des réfugiés des Nations unies au Rwanda :

« Je pense que le gouvernement doit clarifier ses positions plus publiquement – aussi pour ne pas créer la panique parmi les réfugiés qui sont ici. »

 

Aloys de Gonzague Niyoyita, réfugié, journaliste burundais :

« Moi j’ai quitté le Burundi et je suis venu au Rwanda volontairement, je savais où j’allais. Maintenant on me dit +on va te relocaliser+. C’est à eux de décider mais ils vont me relocaliser où? Où je ne veux pas? C’est ça mon inquiétude – ils vont me relocaliser où?

Préoccupé par l’annonce rwandaise, le Haut-commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR), a rencontré en urgence des officiels rwandais. Rencontre à l’issue de laquelle le Rwanda a assuré qu’il n’expulsera pas de force les réfugiés. Kigali tiendra-t-elle sa promesse ? Pris entre le marteau burundais et l’enclume rwandais, les réfugiés veulent bien y croire, en attendant c’est l’inquiétude qui semble prendre le dessus.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s