FRANCE | DECHEANCE DE NATIONALITE : RIFIFI AUTOUR D’UNE MESURE CONTROVERSEE

vlcsnap-error882

Le monde politique français est en ébullition depuis la décision du Gouvernement de maintenir dans son projet de révision constitutionnelle, la très controversée clause autorisant la déchéance de nationalité française pour les binationaux condamnés pour terrorisme.

A gauche on crie à la trahison d’un principe sacré du pacte républicain, qu’est le droit du sol. Les Ecologistes, les Communistes et mêmes une certaine frange de députés de PS sont hostiles à cette proposition. Pour Cécile Duflot d’Europe Ecologie Verts (EELV)  « voter contre s’impose ». Jean Luc Mélenchon du Front de Gauche évoque la « nausée » et dénonce la « déchéance morale » du gouvernement.

A droite, Les Républicains de Nicolas Sarkozy, déboussolés par la volte-face de François Hollande, malgré les réserves de sa ministre de la justice, se voient contraints de voter une mesure qu’ils réclamaient. L’annonce du retrait de la mesure par Christiane Taubira lors de son séjour algérien lui vaut  les critiques acerbes de la droite qui réclame sa démission.

vlcsnap-error344.png

Invité de journal de TF1 mercredi soir, le Premier ministre Manuel Valls a assuré qu’il ne comptait pas lâcher le soldat Taubira.

Il assure que le gouvernement est « uni » malgré les critiques contre la ministre de la Justice et qu’ »une large majorité » du Parlement devrait soutenir la réforme constitutionnelle.

vlcsnap-error762

Manuel Valls, Premier ministre français:

« Je défendrai la réforme constitutionnelle avec Christiane Taubira devant le parlement et n’en doutez pas un seul instant, je suis convaincu que nous aurons une large majorité à l’Assemblée et au Sénat après un débat et c’est normal, de très grande qualité mais nous aurons une majorité pour réformer la constitution parce que c’est une manière de protéger davantage les français. »

En cas de défection des députés de son propre camp, Manuel Valls sait qu’il pourra compter sur la droite ou l’extrême droite pour voter cette mesure qui va à l’encontre de tous les tabous de la gauche. François Hollande menace de recourir au référendum pour faire passer la mesure. 94% des Français seraient favorables à cette mesure, selon un sondage réalisé en fin novembre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s