TURQUIE VS RUSSIE | TEHERAN SE PROPOSE DE JOUER LES ENTREMETTEURS

vlcsnap-error138

Alors que l’impératif de la lutte contre l’Eta t islamique oblige Washington et les occidentaux à se rapprocher de Moscou, la crise née de l’avion russe abattu compromet les chances de voir se matérialiser cette grande coalition hétéroclite souhaitée par François Hollande.

Au cours d’une rencontre bilatérale en marge de la COP21 de Paris, Barack Obama a assuré l’allié turc, Recep Tayyip Erdogan, de son soutien et lui exprimé son souhait de voir Ankara et Moscou enterrer la hache de guerre. Pour le Président américain, il s’agit de « contribuer à la paix dans la région ».

Une telle évolution représenterait une volte-face de la position turque. Depuis le début de la crise, Ankara soutenu par ses alliés de l’OTAN souffle le  chaud et le froid, en excluant toute possibilité de présenter des excuses à la Russie, la seule condition d’une désescalade des tensions.

De son côté, Vladimir Poutine qui a décliné la proposition de rencontre à Paris souhaitée par son homologue turc ne décolère toujours pas. Un premier train de sanctions est entré en vigueur ce mardi, avec la suspension des vols charters entre la Russie et la Turquie. Un vrai dialogue de sourds…

Pour sortir de cette double impasse économique et diplomatique, l’Iran par la voix de son Président du Parlement, a proposé ce mardi de jouer les entremetteurs entre les deux puissances en froid.

vlcsnap-error935

Ali Larijani, président du Parlement iranien :

« La logistique de l’espace aérien est coordonnée entre les parties dans la région en question. Donc il doit y avoir une raison pour laquelle l’avion russe a été abattu, et c’est pourquoi les Russes sont troublés par cet incident. Mais nous essayons de résoudre le problème. Et si l’on demande à l’Iran de jouer le rôle de médiateur, l’Iran est prêt à le faire ».

En fin de semaine dernière Vladimir Poutine a multiplié des accusations contre la Turquie, qui protégerait selon lui, le trafic de produits pétroliers du Groupe d’Etat Islamique en Irak et au Levant.

Sur le plan géopolitique, Moscou comme Téhéran défendent une même ligne en Syrie, en apportant un soutien politique et militaire au régime de Bachar Al Assad. Dans ces conditions, il n’est pas sûr que la perche diplomatique iranienne soit reçue avec enthousiasme à Ankara.

vlcsnap-error142

Par contre, Ankara s’attend à un second train de sanction le 1er janvier prochain, concernant cette fois un embargo russe sur de nombreux fruits et légumes en provenance de Turquie et la suspension du régime d’exemption de visas pour les citoyens turcs désirant se rendre en Russie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s