FRANCE | MERKEL ET HOLLANDE UNIS CONTRE DAECH

vlcsnap-error687

En recevant la chancelière Angela Merkel mercredi à Paris, le président français François Hollande avait à cœur de demander à l’Allemagne de « réfléchir aux responsabilités supplémentaires » qu’elle pourrait assumer dans la lutte contre le terrorisme. Après avoir recueilli un soutien timide du président américain la veille, Hollande a eu droit un soutien appuyé de la chancelière Merkel qui à l’occasion a musclé son discours, appelant à agir avec détermination contre Daech, et affirmant qu’il faudra plus que des paroles, mais des moyens militaires pour vaincre la menace jihadiste.

vlcsnap-error157

Angela Merkel, chancelière allemande:

« Lorsque le président m’invite à réfléchir aux responsabilités supplémentaires que nous pourrions assumer, eh bien, pour moi, c’est une véritable mission et nous réagirons vite. »

Et la réaction ne s’est pas fait attendre… Le gouvernement allemand qui n’attend pas s’associer à la campagne de frappes contre Daech, a annoncé dans la foulée sa décision de déployer 650 soldats au Mali afin de soulager la France engagée en Syrie contre le groupe jihadiste Etat islamique.

vlcsnap-error958

Objectif au Mali, soulager les forces françaises en renforçant le contingent de casques bleus de l’ONU. L’Allemagne a également annoncé mercredi qu’elle comptait déployer 50 militaires de plus en Irak.  Le contingent allemand qui forme les « peshmergas » (combattants kurdes) dans le nord de l’Irak passerait ainsi de 100 à 150 hommes.

Des efforts d’autant appréciés par Paris, qu’elle frise le maximum qu’autorise la politique de défense allemande…

vlcsnap-error585

François Hollande, président français:

« Je souhaite que l’Allemagne puisse s’engager encore d’avantage dans la lutte contre Daesh en Syrie et en Irak et je serai très attentif à ce que pourra dire la chancelière là-dessus en sachant quelles sont les règles qui existent en Allemagne par rapport à l’intervention extérieure. « 

En soutien à la chancelière allemande qui porte seule le fardeau des réfugiés, le président français a appelé à ne pas faire d' »amalgame » entre « réfugiés » et « terroristes », estimant qu’il était du « devoir » de l’Europe « d’accueillir ces personnes ».

François Hollande, président français

« C’était notre devoir d’accueillir ces personnes et nous devons éviter un amalgame qui serai insupportable qui laisserai penser que les réfugiés sont des terroristes. « 

vlcsnap-error758

Le marathon diplomatique commencé lundi à Paris avec la rencontre avec le britannique David Cameron, suivit mardi par une visite à Washington se poursuit ce jeudi à l’Elysée avec la réception de l’italien Matéo Renzi. François Hollande, qui tente de fédérer une coalition la plus large possible englobant occidentaux et russes contre le groupe djihadiste, doit rencontrer Vladimir Poutine jeudi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s