FRANCE | LE CHARLES DE GAULLE AU « STAND DE TIR » CONTRE DAECH EN SYRIE

vlcsnap-error875

A BORD DU PORTE-AVIONS CHARLES DE GAULLE, quelque part aux larges de Méditerranée orientale.

C’est à bord du Charles De Gaulle, le navire amiral de la marine française, que les chasseurs-bombardiers Rafale français ont frappé lundi le groupe Etat islamique (EI) en Syrie. Une première depuis le début de l’engagement français dans ce pays, dix jours après les attaques de Paris.

La France qui jusqu’ici s’était abstenue d’intervenir en Syrie, y a intensifié ses frappes contre des objectifs de l’Etat Islamique depuis les attaques de Paris du vendredi 13.

Pierre de Villiers, chef d’Etat-major des armées : 

vlcsnap-error954

« Nous avons frappé aujourd’hui, pour la première fois, avec des avions qui ont décollé du Charles de Gaulle. Nous avons frappé à 13h30 à Ramadi et à Mossoul en appui au sol de forces locales qui étaient en progression contre des troupes de Daech. »

Dans les jours qui ont suivi les attentats du 13 novembre, l’aviation française avait déjà mené des raids contre le fief jihadiste de Raqa depuis ses bases situées en Jordanie et aux Emirats arabes unis.

Avec le déploiement du Charles De Gaulle, la capacité de la chasse française triple de régime. Les 26 chasseurs embarqués sur le Charles de Gaulle décuple la puissance de feu de l’aviation française dans la région.

L’objectif selon Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées:

« Notre objectif est d’affaiblir Daech en vue de le détruire définitivement et pour affaiblir un ennemi, faut effectivement frapper les centres de  commandement, les centres logistiques, les centres de stockage, d’entraînement pour que finalement, la surprise change de sens. Il faut reprendre l’initiative tactique. »

L’offensive française se déploie sur deux fronts. D’une part, depuis le Charles-de-Gaulle pour cibler détruire des cibles stratégiques de l’Etat islamique… En parallèle, François Hollande est attendu à la Maison Blanche ce mardi. L’objectif du président français est de bâtir une coalition élargie contre les djihadistes. En visite à Paris hier, David Cameron a apporté son soutien au projet de coalition de Paris. Le plus dur pour Hollande sera de convaincre Moscou et Washington de jouer dans la même équipe.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s