SYRIE | QUAND OCCIDENTAUX ET RUSSES FRAPPENT L’EI AU PORTEFUEILLE

Image11

Après la psychose et l’émotion mondiale provoquée par les attaques de Paris, voici venue l’heure de la riposte « impitoyable » promise par François Hollade au soir du vendredi 13 novembre. Depuis le début de la semaine, avions russes, français et américains se relaient dans le ciel syrien. Ils ont déroulé un tapis de bombes sur les positions de l’EI en Syrie alors même que les contours d’une coalition internationale rassemblant russes, français, turcs et américains se dessinent contre l’Organisation…

Malgré leurs divergences sur le sort à réserver au régime de Damas, un rapprochement stratégique est en train de s’opérer entre les occidentaux et la Russie, qui a finalement reconnu le caractère terroriste du crash du charter russe dans le Sinaï le 31 octobre dernier.

L’axe Moscou-Paris

Image12

Poutine a ordonné mardi à la flotte russe de collaborer activement avec les français et commandé les premiers bombardements russes sur des positions de l’Etat islamique en Syrie. Les aviations russe et française dans le cadre de cette coopération inédite entre Moscou et Paris bombardent Raqa, la capitale de l’EI en Syrie depuis lundi.

Une escadrille de bombardiers russes à long rayon d’action ont frappé des cibles de l’EI à Raqa, Deir Ezzor, Alep et Idled ciblant soit des entrepôts d’armes et de munitions, des équipements militaires ou des camps d’entraînements, ainsi que des ateliers de fabrication d’explosifs.

Ce mercredi, l’aviation russe a reçu l’ordre formel de tirer à vue sur les camions-citernes transportant des produits pétroliers dans les zones contrôlées par l’organisation Etat islamique. Depuis lundi, les Etats-Unis et leurs alliés ont opté pour la même stratégie et aurait ainsi détruit une centaine de camions-citernes près de Boukamal, non loin de la frontière entre la Syrie et l’Irak, en plein cœur du territoire contrôlé par les djihadistes.

En effet, l’organisation Etat islamique contrôle la majorité des champs pétroliers de Syrie, notamment dans la province de Deir Ezzor. Où on estime qu’elle y déploie une espèce d’oléoduc roulant composé de camions-citernes et dispose de sites d’approvisionnement en pétrole, qui selon une enquête publiée en octobre par le quotidien américain Financial Times lui rapporte 1,5 million de dollars par jour.

En prenant pour cible les camions-citernes qui servent à la contrebande de pétrole, Russes et occidentaux veulent frapper l’EI au portefeuille, en s’attaquant au nerf de la guerre : les énormes ressources pétrolières tombées sous la coupe de ce proto-Etat et qui alimentent son effort de guerre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s