Le crépuscule orageux d’un géant

nelson-mandela-timeline
Madiba

A l’heure où il livre sa dernière bataille contre la mort. Une bataille qu’on sait tous perdue d’avance, Madiba est dans l’imaginaire collectif un « Saint vivant ». Un géant noir au pied d’argile,  qui a su léguer à la postérité une belle leçon d’humanisme et de résistance à la bêtise humaine. 

De nombreuses voix à ce jour réclament qu’on laisse le « Saint Madiba » tirer sa révérence avec élégance.  Mais est-ce la médecine ou la politique qui prolonge l’agonie du vieil homme?

Pour beaucoup d’observateurs, Mandela est victime d’un acharnement politique de l’appareil de communication de l’ANC qui espère tirer le maximum possible de dividende  de l’empathie que suscite l’état de santé préoccupant du Prix Nobel de Paix 1993. Jacob Zuma a même annulé un déplacement au Mozambique au moment même où la twittosphère s’emballait sur la rumeur de la mort de l’ancien Président Sud-africain.

 Officiellement Mandela n’est pas encore mort, mais tout semble indiquer que le vieil homme de 94 ans est au chapitre d’une inévitable mort prochaine. Aussi la famille, incarnée par son petit-fils Mandla  dispute au parti l’honneur, la mémoire et le « cadavre » de l’icone pour exploiter  la potentielle manne touristique. Mandela vivant est un monument (tous ceux qui passent par l’Afrique du Sud espèrent contempler, sans pouvoir assouvir). Mandela mort sera un mine d’or…  Mandla Mandela, l’aîné de ses petits-fils, l’a compris et espère exploité a fond le filon. Soupçonné de vouloir se construire un caveau familial à des fins lucratifs, il a choqué l’opinion nationale quand il a a refuser de rendre les dépuilles de trois enfants de Mandela, qu’il avait déplacées en 2011 à Mvezo, son propre village. Quinze membres de la famille ont alors saisi la justice qui leur a donné raison et les corps ont été exhumés et remis en terre, le 4 juillet, à Qunu, là où Nelson Mandela lui-même veut être inhumé, auprès de ses proches.

Let him go!

Laissez-le partir! C’est ce que demande le peuple d’Afrique du Sud pour le vieil homme qu’il chérit tant pour l’avoir libéré des griffes nauséabondes de l’Apartheid. Mandela a tout sacrifié, tellement donné pour son peuple et ce dernier le lui rend par son amour immodéré et inintérrompu. Le peuple veut le perdre pour lui rendre un hommage à la hauteur de son combat démuni et victorieux contre les démons du racisme.

Le pire qu’on puisse souhaiter à Mandela, c’est qu’il ne  lui soit pas réservé une mort tranquille, à l’image du parcours exemplaire et du tempéramment joyeux de l’homme.

28 juin 2013 le-crépuscule-d’un-géant

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s